top of page

Paysage fluvial animé – Eise Aetes Ruytenbach, Hollande, fin du XVIIe siècle

Huile sur toile. Signé sous le ponton en bas à gauche.

A l’embouchure d’un estuaire, de nombreuses figures se déploient le long d’un canal dont le cours divise la composition selon un axe diagonal. Alors que sur la berge de droite, un groupe d’individus festoie au son d’une cornemuse, d’autres juchés sur une barque déchargent des provisions qui serviront sans doute aux réjouissances. Au sein de cet ensemble urbain à l’architecture typiquement nordique, le brandissement de grands drapeaux hollandais pourrait nous faire penser que ces gens célèbrent l’indépendance de leur nation qui, à la fin du XVIIe siècle, était parvenue à demeurer libre malgré deux guerres successives contre l’Angleterre et la France. Les vêtements ocre et rouge des personnages ainsi que les maisons de brique offrent au regard un décor aux couleurs chaudes qui contraste avec le fond plus froid de cet estuaire dans lequel mouillent au loin des navires de gros tonnage. La ligne d’horizon semble progressivement se fondre dans le ciel dont la partie haute dévoile peu à peu de belles volutes nuageuses.

Par cet arrière-plan peint en tonalités douces, notre artiste, Eise Aetes Ruytenbach, confère un rendu atmosphérique à son œuvre, s’inscrivant ainsi dans une tradition établie par les peintres Jan van Goyen et Salomon van Ruysdael. Néanmoins, les figures et l’architecture contrastant avec ce fond atonal nous plonge dans l’univers des peintres flamands qui, depuis Jan Brueghel I, ont pavé la voie de la peinture de paysage fluvial. En effet, l’école anversoise intégrait fréquemment des scènes de genre ou historiques dans ses paysages. Et l’activité portuaire, en mêlant éléments urbains et marins, convenait particulièrement à cet exercice. Moins mélancoliques que leurs pairs du Nord, ces artistes des Pays-Bas du Sud appréciaient les scènes joyeuses et vivantes, dans lesquelles des figures pleines de bonhommie étaient placées dans des situations cocasses ou anecdotiques. Si des artistes comme Theobald Michau et Joseph van Bredael prorogent cet art flamand au début du XVIIIe siècle, Eise Aetes Ruytenbach opère une synthèse en arrimant cette tradition du Sud à celle des paysages du Siècle d’Or hollandais.

Nous avons choisi de vous présenter cette rare œuvre de Ruytenbach dans un cadre à profil renversé en bois noirci.

Dimensions : 58 x 80 cm – 72 x 94 cm avec le cadre

Biographie : Eise Aetes Ruytenbach (Sneek, 1656 – 20, mars 1692, Sneek) naît dans une famille d’artisans peintres de vitraux actifs à Sneek, en Frise occidentale. Si son parcours d’apprenti ne nous est pas connu, l’attribution certaine des dix peintures qu’il a signées montre l’influence qu’eurent sur lui les peintres harlémois de paysage tels Jan van Goyen et Albert Cuyp. Cependant, les nombreuses figures qui ornent ses compositions le rapprochent davantage des Flandres. Deux tableaux signés par l’artiste sont conservés dans les collections du Musée National de Varsovie. Notre composition se rapproche davantage d’un paysage fluvial aujourd’hui en collection particulière.  

Bibliographie :

  • BAKKER, Piet, ,Waanders Uitgeverij Fries Museum, 2007.

  • SLIVE, Seymmour, , Yale University Press, 1998.

  • VLIEGHE, Hans, : 1585–1700, Yale University Press, 1999.

bottom of page